Dans et hors les murs


 

Un coq libre,

c’est possible?

Je n’sais pas.

Bougeotte? Mal du pays?

La nostalgie de l’écurie.

Dans l’étable, la vie est stable.

 

Quand la peur pour la sécurité* est-elle appropriée? Et quand il inhibe l’imagination?

Deux choses: Le fantasme**, et le désir de sécurité.

Applicable dans la pratique seulement avec une form de sécurité et des directives „claires“? Détachement de la notion précédente d’une sécurité relative – au moins la sécurité! – aussi pour les faibles et pour les plus vulnérables

– par la soumission? Contre la insécurité de la lutte.
Ou contre la soumission solidifiée? Une lutte pour le respect de la diversité au-delà de la sécurité?

rêver – [des théories? -] pratiquer ?

__
* Une ‚peur de sécurité‘ est peut-être connectable avec ‚le pôle réactionnaire paranoïaque du désir‘ de Gilles Deleuze, Félix Guattari: Capitalisme et schizophrénie. L’anti-Oedipe. (1972).
** Le fantasme -> comparez: Roland Barthes: Comment vivre ensemble : Cours et séminaires au Collège de France (1976-1977).

 

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s