Un état stable par l’indolence


 

«Abstrait et concret: Je ne sais pas. Mais dans les faits, il me faut opter pour quelque chose. Je ne peux rien savoir. Et je le sais (ne plus) (ou je suis en état d’efficacement ignorer que c’est un paradoxe). Cela peut être la secret. Pour la vie dans L’Arcadiá – ou au moins en Silentia. Mais ça aussi, on ne sait pas. Je ne sais pas.

En quête de l’indolence. Ne pas agir indolent, mais être à un niveau d’impassibilité. Peut-être c’est impossible. Comme l’Hollandais dans Heinrich Heine – Über Ludwig Börne, chapitre 2:

Mon voisin qui habite en dessous de moi, n’est ni nationaliste ni piétiste, mais un Hollandais. Il est indolent et beurré comme le fromage avec lequel il fait le commerce. Rien ne peut le mettre en mouvement, il est l’image de la tranquillité sobre, et même quand il parle avec ma logeuse de son sujet favori – le salage du poisson – sa voix persiste dans la monotonie la plus étale.“

N’est-il pas l’un des personnes les plus heureuses du monde?»

«Ooo, tu philosophes. Écoutez! Un malin insigne.»

«Fuck you!»

«C’est pas indolent.»

«Vrai! J’encore exerce. Le stoïcisme supérieure n’est pas quelque chose pour des débutants.»

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s